Centre Bouddhique International

Le Bourget - France

 Samadhi Bouddha Statue - Anuradhapura - Sri Lanka  IV-Ve Siècle

LIVRES & ARTICLES

Un bref résumé des Enseignements du Bouddha

LES QUATRE NOBLES VÉRITÉS

Article préparé par le Centre Bouddhique du Bourget

7

"La recherche sérieuse du bonheur"

 

 

Le Bouddhisme est parfois critiqué naïvement comme étant une religion, une philosophie "négative" ou "pessimiste". Certes, la vie n’est pas que misère et déception : elle offre de nombreuses sortes de bonheur et de joie sublime. Pourquoi alors cette morne obsession bouddhique de l’insatisfaction et de la souffrance ?

 

Le Bouddha a basé ses enseignements sur une franche évaluation de notre sort en tant qu’humains : il y a insatisfaction et souffrance (Dukkha) dans le monde. Personne ne peut contester ce fait. Dukkha se cache derrière les plus hautes formes de plaisir et de joie mondaines, car, tôt ou tard, aussi sûrement que la nuit suit le jour, ce bonheur doit prendre fin. Si les enseignements du Bouddha s’arrêtaient là, nous pourrions en effet les considérer comme pessimistes et concevoir la vie comme totalement désespérée. Mais, tel un médecin qui prescrit un remède à une maladie, le Bouddha offre, à la fois un espoir (la troisième Noble Vérité), et un remède (la quatrième Noble Vérité). Les enseignements du Bouddha donnent ainsi lieu à un optimisme et à une joie sans pareils. Les enseignements du Bouddha offrent comme récompense le bonheur le plus noble, le plus vrai, et donnent une valeur profonde et un sens à une existence autrement sinistre. Un enseignant moderne l’a bien résumé : "Le Bouddhisme est la recherche sérieuse du bonheur."

 

Le Theravada arrive en Occident

 

Jusqu’à la fin du 19ème siècle, les enseignements du Theravada étaient peu connus en dehors de l’Asie du Sud, où ils avaient fleuri pendant environ deux millénaires et demi. Au cours du siècle dernier, cependant, l’Occident a commencé à prendre note de l’héritage spirituel unique du Theravada concernant ses enseignements sur l’Éveil. Au cours des dernières décennies, cet intérêt s'est accru, avec le Sangha monastique de diverses écoles issues du Theravada établissant des dizaines de monastères à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. De plus en plus de centres de méditation laïques fondés, fonctionnant indépendamment du Sangha monastique, s’efforcent de répondre aux exigences des laïcs, hommes et femmes, bouddhistes et autres, cherchant à étudier certains aspects des enseignements du Bouddha.

 

Le tournant du 21ème siècle présente à la fois des opportunités et des dangers pour le Theravada en Occident : Les enseignements du Bouddha seront-ils patiemment étudiés et mis en pratique, et permettront-ils d’établir des racines profondes sur les terres d'Occident, pour le bénéfice de nombreuses générations à venir ? Le climat occidental populaire actuel d’ouverture et de fécondation croisée entre les traditions spirituelles conduira-t-il à l’émergence d’une nouvelle forme forte de pratique bouddhique propre à l’ère moderne, ou conduira-t-il simplement à la confusion et à la dilution de ces précieux enseignements ? Ce sont des questions ouvertes; seul le temps nous le dira.

 

Des enseignements spirituels de toutes sortes inondent les médias et le marché d'aujourd’hui. Beaucoup des enseignements spirituels populaires d’aujourd’hui les empruntent abondamment au Bouddha, bien qu’ils ne placent que rarement les paroles du Bouddha dans leur véritable contexte. Les chercheurs sérieux de la vérité sont donc souvent confrontés à la tâche peu recommandable de patauger à travers des enseignements fragmentaires, d’exactitude douteuse. Comment pouvons-nous donner un sens à tout cela ?

 

Heureusement, le Bouddha nous a laissé quelques directives simples pour nous aider à naviguer à travers cette inondation déroutante. Lorsque vous vous trouvez à remettre en question l’authenticité d’un enseignement particulier, écoutez bien le conseil du Bouddha à sa belle-mère : [Les enseignements qui promeuvent] les qualités à propos desquelles vous savez peut-être « Ces qualités conduisent à la passion, à ne pas être encouragé, à être entravé, à ne pas être sans entrave; à accumuler, à ne pas perdre, à ne pas être modeste; au mécontentement, à ne pas se contenter; à s’empêtrer, à ne pas s’isoler; à la paresse, à ne pas susciter la persistance; à être lourd » : Vous pouvez catégoriquement affirmer, « Ce n’est pas le Dhamma, ce n’est pas le Vinaya, ce n’est pas l’instruction du Maître ».

 

[Quant aux enseignements qui promeuvent] les qualités que vous connaissez peut-être « Ces qualités conduisent à l’équanimité, à la non passion; à être sans entrave, non entravé; au renoncement, à la non accumulation; à la modestie, à la non valorisation de soi; au contentement, non pas au mécontentement; à l’isolement, non à l’enchevêtrement; à la persistance éveillée, à la non paresse; à l’insouciance, au non fardeau » : Vous pouvez catégoriquement affirmer, « Ceci est le Dhamma, ceci est le Vinaya, ceci est l’instruction du Maître ».

 

Le vrai test de ces enseignements, bien sûr, est de savoir s’ils donnent les résultats promis dans le fond de votre propre cœur. Le Bouddha présente le défi; le reste dépend de vous.

 

Quatre conditions, Vyagghapajja, conduisent au bien et au bonheur d'un maître de maison dans cette vie même. Quels sont ces quatre conditions ?

 

"L'accomplissement de l'effort persistant (utthana-sampada), l'accomplissement de la vigilance (arakkha-sampada), un bon ami (Kalyanamittata) et le mode de vie équilibrée (sama-jivikata).

 

Une fois le Bouddha dit Anathapindika , le grand banquier , un de ses disciples laïcs le plus dévoués qui a fondé un célèbre monastère pour lui à Jetavana au Savatthi , qu'un laïc qui mène une vie de famille ordinaire a quatre sortes de bonheur . Le premier bonheur est de profiter de la sécurité économique ou de la richesse suffisante acquise par des moyens justes et honnêtes ( atthi - sukha ) ; le deuxième est la dépense de ses richesses, généreusement pour lui-même, sa famille , ses amis et parents , et les actes méritoires ( bhogo - sukha ) ; le troisième consiste à être libre de dettes ( anana - sukha ) ; le quatrième bonheur consiste à vivre de façon irréprochable, avoir une vie pure, sans commettre de mal en pensée, en parole ou en acte ( anavajja - sukha ).
 
 
***