Centre Bouddhique International

Le Bourget - France

 Samadhi Bouddha Statue - Anuradhapura - Sri Lanka  IV-Ve Siècle

LIVRES & ARTICLES

Un bref résumé des Enseignements du Bouddha

LES QUATRE NOBLES VÉRITÉS

Article préparé par le Centre Bouddhique du Bourget

11

L'ÉVEIL

 

 

 
La première expérience d'illumination, connue sous le nom d'entrée dans le courant (sotapatti), constitue la première des quatre étapes progressives de l'Éveil, chacune d’elles implique l’élimination ou l’affaiblissement irréversible de plusieurs entraves (samyojana), les manifestations d’ignorance qui lient une personne au cycle de la naissance et de la mort. L’entrée dans le courant marque un tournant sans précédent et radical tant dans la vie actuelle du pratiquant que dans l’ensemble de son long voyage dans le Samsara. Car c’est à ce stade que tout doute persistant sur la véracité des enseignements du Bouddha disparaît ; c’est à ce stade que toute croyance dans l’efficacité purificatrice des rites et des rituels est éradiquée ; et c’est à ce stade que la notion longtemps chérie d’un "moi" personnel perdurant est abandonnée. L'entrant dans le courant est assuré de ne pas vivre plus de sept futures renaissances (toutes favorables) avant d’atteindre finalement l’Éveil complet.
 
Mais l’Éveil complet est encore loin. Tandis que le pratiquant avance avec une diligence renouvelée, il ou elle passe à travers deux phases plus significatives : le « retournant une fois » (sakadagami), qui est accompagné par l’affaiblissement des chaînes du désir sensuel et de la mauvaise volonté, et le « jamais retournant » (anagami), dans laquelle ces deux entraves sont complètement déracinées. L’étape finale de l’Éveil — arahatta — se produit lorsque les niveaux les plus raffinés et subtils de désir et de conception sont irrévocablement éteints. À ce stade, le pratiquant — désormais un Arahant, ou « digne » — arrive au but ultime de l’enseignement du Bouddha. Avec l’ignorance, la souffrance, le stress et la renaissance étant tous arrivés à leur fin, l’Arahant peut enfin prononcer le cri de victoire proclamé par le Bouddha suite à son Éveil :
 
"La naissance est terminée, la vie sainte est accomplie, la tâche est accomplie ! Il n’y a rien d’autre pour le bien de ce monde."
 
L’Arahant passe le reste de sa vie en jouissant intérieurement de la félicité de Nibbana, enfin à l’abri de la possibilité de toute renaissance future. Lorsque la longue piste du kamma passé de l’Arahant finit par se dérouler jusqu’à sa fin, l’Arahant trépasse et entre dans le Parinibbana — totalement déliant. Bien que le langage échoue à décrire cet événement extraordinaire, le Bouddha l’a comparé à ce qui se passe quand un feu brûle finalement tout son combustible.

 

 

 

 

***